46.

24 Mai

J’ai une toune sur repeat depuis hier. C’est pas vraiment une toune, juste quelques mesures de piano répétées à l’infini, mais j’trouve que c’est pas mal ce qui reflète le plus mon état d’esprit du moment. J’ai beau chialer contre l’école, maudit que j’aime pas ça les longues fins de semaines, quand je ne suis pas overbookée. Surtout que j’étais sensée travailler aujourd’hui mais-finalement-non. Ça aurait fait du bien à mon portefeuille, après la session-de-dépensage de samedi.

Hier j’ai pas fait grand-chose à part botcher un travail d’anglais immonde, aller voir Pirates des Caraïbes (très bon, mais un peu trop long) et surfer sur le net. J’avais envie d’aller à la bibliothèque, mais c’est toujours fermé le lundi (pis anyway c’était la fête des Patriotes / du Dollar / de la reine), faque j’ai pris mon mal en patience. Je vais y aller tantôt, ça ouvre à 13h. D’ici là, j’ai dix milliards de trucs à faire, que je vais passer mon temps à remettre à plus tard. J’va les écrire, juste pour être sûre de pas en oublier (pis j’suis sur un trip de faire des listes, en ce moment. Liste des endroits où je veux aller, liste des livres que je dois lire un jour, liste des films qui ont l’air trop bons, etc. Bref, ce que j’ai à faire :

  • Comptabiliser les résultats du sondage pour mon projet de stats
  • Choisir les fuckings photos pour mettre dans les cadres que j’ai fait acheter à mon père il y a dix-milliards-de-mois
  • Faire le ménage de ma chambre qui ressemble à.. à rien, en fait
  • Finir ma partie du foutu projet interdisciplinaire qui est à remettre vendredi (j’ai l’impression que ça fait deux jours, et non un mois, qu’on l’a commencé)
  • Faire le ménage de mon bureau, ça serait bien aussi, mais je le ferai pas
  • Pis plein d’autres trucs que j’oublie sûrement

Hier y a mon père qui est entré dans ma chambre-champ-de-bataille pour déposer du linge pendant que j’étais pas là, pis il est tombé (par hasard, comme ça, qu’il dit) sur une lettre que j’avais écrite y a 2-3 ans à un gars. Pas une lettre d’amoureuse, non-non, une lettre de p’tite soeur à son grand frère. J’ai pas aimé ça, qu’il me dise qu’il l’avait lu. J’aurais préféré pas le savoir. Parce que ce gars-là, je lui parle pu. Ou plutôt il me parle pu.

C’est pas juste les histoires d’amour qui peuvent mal finir, y a les histoires d’amitié aussi. Ce gars-là il a été là pour moi quand j’en ai eu besoin, pis il est devenu une grosse partie de ma vie. Mais lui aussi il avait vécu des choses-pas-cool dans sa vie, pis ça fait que des fois il agissait bizarre. Comme s’il se foutait du monde. Comme s’il pouvait partir n’importe quand pis tous nous oublier. On a eu plusieurs fois des grosses chicanes à ce sujet-là. Au début ça me mettait vraiment dans tous mes états pis j’pleurais comme une conne, mais j’ai fini par m’y faire, pis anyway je savais que ça durait jamais. Je me disais qu’au fond, malgré tout ce qu’il pouvait dire, c’était vrai qu’il tenait à moi, pis que j’avais pas à m’en faire. Peu importe ce qu’il faisait/disait, je l’excusais toujours, parce que je me disais que ses bons moments rachetaient toujours ses mauvais. Pis j’avais peur, tellement peur de pu pouvoir compter sur lui..

But life is life, so à moment donné on s’est chicanés pour une niaiserie, mais les deux on a été trop têtus. Pis après c’était trop tard, c’était brisé pour de bon. Pis là je me suis dit que c’était assez, que j’allais pas m’abaisser à ramper devant lui. Il voulait pu de moi? Pire, il s’en foutait que je sois là ou pas? Message reçu 5/5. Enfin..

Ça m’a fait drôle, parce que hier soir, alors que je venais presque-tout-juste de parler de lui, il est venu me voir sur MSN. C’était juste pour une question technique, un projet sur lequel on avait travaillé ensemble, pis il avait besoin de mon autorisation pour mettre mon nom dans les documents officiels, mais ç’a adonné que c’était le même soir. J’suis fière de moi, quand même. Ça aurait été tellement facile d’écrire « Pis, qu’est-ce que tu deviens? ».. mais non, je lui ai souhaité une bonne fin de soirée pis je suis allée me coucher.

Publicités

3 Réponses to “46.”

  1. Anonymous 24 Mai à 14:41 #

    Hm… ressasser les souvenirs, c’est un peu comme rouvrir les cicatrices roses…

  2. Camille 27 Mai à 20:30 #

    WOW! T’as compris les choses de la vie pas mal plus vite que moi! :) J’aurai bientôt 31 ans et je travaille encore là-dessus.

    • Marie 27 Mai à 20:35 #

      Si j’ai compris pas mal d’affaires, c’est parce que j’en ai vécu pas mal aussi.. pis m’essemble que ça m’aurait pas déranger d’attendre à plus tard pour vivre tout ça..

Quelque chose à rajouter?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :