55.

22 Juin

– JE MOURRAI PAS ZOMBIE –

 

Après les vacances, je n’ai plus eu qu’une idée en tête : fuguer avec Francis Cabrel. Je ne suis pas si atteinte, j’avais bien conscience que c’était totalement fou. Sauf que j’en avais marre d’attendre. Attendre Hubert, attendre François, attendre que le secondaire finisse pour commencer le cégep, que le cégep finisse pour commencer l’université (pas moyen d’y échapper avec mon père, pour lui, sans éducation point de salut, on tombe dans un gouffre et on se fait dévorer par la machine, comme si devenir prof d’informatique au secondaire ou comptable agréé nous épargnait nécessairement de la vacuité de l’âme), et puis quoi encore, attendre que l’université finisse pour commencer à travailler, attendre de finir de travailler pour prendre sa retraite, attendre de quitter cette ville, attendre de croiser un être humain dans mon quartier, attendre de voir mon père sourire, attendre que ma mère se souvienne qu’elle a une fille. C’était réglé dans ma tête, je n’attendrais plus rien, je partirais sur les routes voir si on vit ailleurs, avec Francis qui me prendrait sous son aile, j’irais le voir à la fin de son spectacle pour qu’il m’emmène, il le ferait, lui qui avait écrit : « Tu as écouté la rengaine, ça fait trente ans que tu es endormi, tu as tes quatre semaines, moi j’ai toute ma vie »! Alors pour m’y mettre sérieusement je suis allée sur la côte du Passage au magasin de guitares et j’ai acheté une petite guitare classique parce que c’était tout ce que je pouvais me payer avec mes économies vu que je dépensais la plupart de mon argent en hash, il faut bien fuir un peu quand même de temps en temps avant le grand départ sur les routes enfin. Mais ça ferait quand même l’affaire et je pourrais certainement apprendre deux, trois chansons de Cabrel et même que je pourrais rembourrer l’étui avec quelques vêtements quand je partirais avec Francis sur les routes de France ou d’ailleurs, juste ne plus me poser nulle part pour ne pas m’encroûter et qu’après on en profite pour bâtir des murs autour de mes ailes et que j’oublie le ciel en regardant mon gazon pousser. Francis n’avait qu’à m’aider un bout de temps, je n’en demandais pas beaucoup, dans à peine plus d’un an j’aurais dix-huit ans et je pourrais bien prendre soin de moi-même, à moin bien sûr qu’il n’ait envie de continuer à le faire – tant qu’à fantasmer. Bref, c’était tout réfléchi sauf que je ne savais pas encore si j’allais révéler mon plan aux garçons ou pas, ils risquaient de me traiter de folle ou de vouloir m’en dissuader, et dans un cas comme dans l’autre je n’avais pas envie de les persuader du contraire.

En tous cas, je me suis aussi acheté un cahier de partitions de Cabrel, celui dans lequel on retrouve Gitans : « J’ai peur des lumières des villes/Des grandes maisons immobiles/Des jardins bâtis tout autour […] Ils attachent leurs volailles/Ils surveillent leurs ferrailles/On ne se ressemble pas… » Et j’ai pratiqué, pratiqué, longtemps, dans ma chambre, pendant les soirs de janvier où François et Hubert n’étaient pas è moi. Ça m’a tellement tenue que toutes les fois où j’avais trop mal au ventre et que je voulais sortir mon couteau, j’ai plutôt sorti ma guitare et j’en ai joué tout doucement pour qu’on ne m’entende pas depuis les autres pièces de la maison et qu’on continue de croire que j’étais tranquillement en train de faire mes devoirs de bonne fille rangée, ce qu’ils n’auraient jamais cru une seconde s’ils m’avaient connue minimalement. Ce n’est pas tant la musique qui me gardait en vie mais l’espoir de pouvoir fuir cet air irrespirable qu’un nuage empoisonné avait déposé sur cette maison et sur toute cette foutue ville, et qui faisait en sorte que plus personne par ici n’avait d’oxygène au cerveau, ce qui pouvait expliquer bien des choses.

________________________________________

Le livre de ma vie, merci Diane Labrecque. (Faut vraiment que j’arrête de plier les coins des pages des livres qui ne m’appartiennent pas.)

P.S. J’ai fini mon secondaire.

Publicités

3 Réponses to “55.”

  1. Julhya 23 Juin à 08:16 #

    Pfiouu, un texte absolument superbe…!

    • Marie 23 Juin à 08:49 #

      Oui, je conseille vivement le livre.

      • Julhya 26 Juin à 04:46 #

        Je l’ajoute sur ma liste ! Pfiouuu, il me faudrait des journées de 30h ^^

Quelque chose à rajouter?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :