157.

20 Avr

Un samedi après-midi tranquille en banlieue de Madrid, les fenêtres grandes ouvertes, le soleil plein la tête. Voilà plus de trois mois que je suis arrivée ici par une froide journée d’hiver. Maintenant le printemps est arrivé et je m’apprête à rentrer en France auprès de mon amoureux.

Bien des choses ont changé; moi-même, j’ai changé. Chaque expérience que j’ai vécue depuis mon départ du Québec ce fameux 7 février 2012 a eu une certaine incidence sur ma vie et la personne que j’ai choisi d’être. J’ai eu de bons et de mauvais moments. De bonnes et de mauvaises décisions. J’ai fait mille projets que j’ai réinventés un million de fois. Là-dessus, il y en a peut-être 4-5 que j’ai réalisé. C’est peu, mais j’en suis fière.

J’essaye tant bien que mal de sortir de ma petite carapace, de m’extérioriser et de profiter de la vie. J’ai commencé à faire du sport, je me suis mise à la course à pied (près de 200 km en 2 mois!) et je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour être bien dans mon corps et dans ma tête. J’essaye de diminuer les quantités d’alcool que j’ingurgite (déjà, le simple fait de quitter Madrid devrait aider à ce niveau), ça ne me réussie définitivement pas. Je me rends compte que je peux apprécier une soirée sans être bourrée, et même si ça peut paraître ridicule, pour moi c’est un énorme changement.

J’ai peu à peu délaissé la photographie. Ça me plaît toujours autant (je crois), mais je n’ai plus le réflexe de trimbaler ma caméra partout-partout et de capturer le moindre petit moment. Je préfère savourer avec mes propres yeux. Encore heureux que je n’aie pas entamé ce fameux programme en photographie dans lequel j’ai été acceptée l’automne passé au Vieux-Montréal!

J’envisage la sténographie, pour l’instant, mais il y a pas mal d’examens et d’entrevues à passer pour être admis, du coup je dois attendre au printemps prochain pour faire ma demande d’admission. On verra bien si je ne change pas encore d’avis d’ici là. J’ai même envisagé devenir nutritionniste, mais les cours de chimie m’ont rebutée.

La vraie vie qui se rapproche de plus en plus vite me fait peur. L’appart est trouvé, mais il faut le meubler en entier et je vais arriver au Québec 5 jours avant le début de mon bail, et sans véhicule. Les prix de l’électricité, du téléphone, de l’internet et de la bouffe me font flipper. Le fait de devoir me trouver une job à temps plein le plus rapidement possible me rend folle. J’espère que tout va bien se passer. C’est dur de se retrouver avec toutes ces préoccupations alors qu’au cours de cette dernière année mes questions existentielles quotidiennes étaient plutôt de l’ordre du « Quelle ville je visite demain? Quel film j’écoute ce soir? Qu’est-ce que je mange ce midi? Plutôt noire ou bleue, la petite robe en rabais? »

Ce soir j’ai une soirée tranquille avec quelques espagnols et une autre québécoise. Sangria, tapas, tortilla de patatas, humus et conversations interculturelles, que du plaisir en perspective. Avant-dernier weekend en Espagne, il faut bien que j’en profite!

Publicités

Une Réponse to “157.”

  1. Piaceto 11 Fév à 14:59 #

    A quand la suite?

Quelque chose à rajouter?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :