Tag Archives: citation

173.

15 Mar

Tout là-haut, loin du monde, la nuit est paisible et je n’entends rien d’autre que le fredonnement de la terre. À l’école, quand j’ai chanté la note à M. Hughes, du cours de musique, il m’a dit que c’était un si bémol.

– La terre fredonne en si bémol, Mari Strachan

Publicités

171.

2 Mar

Look, she said. There’s something that adults call expectations, which means that we never get what we want and in fact we don’t get it because we want it. So the way it works is that if I really want Steve, if I want to marry him, then he runs away. If I don’t want him, then he’ll keep coming around and we won’t be able to get rid of him. And this will be even more true for you, because being a father is a much bigger thing than being a husband. So if you want Steve to be your father, he’ll run. But if you can just enjoy Steve because he’s fun, maybe he’ll stick around for a bit.

– Aquarium, David Vann

165.

20 Fév

J’aimerais partir loin. J’adore le train. Le bus. L’avion. Pas parce que je suis un grand voyageur ou un citoyen du monde ou n’importe quelle autre bullshit hippie. J’aime être dans un moyen de transport. Le fait de me trouver entre deux destinations. Pas au départ, pas à l’arrivée. Juste quelque part. Une place floue en train de regarder le paysage défiler.

Être nulle part. C’est là que j’arrive le mieux à récupérer mes innombrables heures d’insomnie.

– Charlotte before Christ, Alexandre Soublière

158.

12 Fév

– C’est tout? demande Simon.
Il parle doucement, l’air de quelqu’un qui a deviné, mais qui ne veut rien forcer.
– Non.
– …
– Je peux pas… je suis comme sur un bateau qui penche au milieu d’une tempête. Si je te parle des petites choses, je me sens presque normale.

– La corbeille d’Alice, Maude Deschênes-Pradet

147.

16 Nov

Je crois pas en Dieu, en tout cas je pense pas, ou en fait: je l’appelle pas comme ça. Je dis pas comment je l’appelle, ça c’est un vrai secret. Moi je pense que ça se peut, attendre, et pas être une imbécile. Je pense que des fois c’est la seule chose intelligente à faire. Attendre. Attendre doucement, sans compter les jours, sans sacrer, sans se mettre à se sentir comme un chien. Attendre en paix. Attendre en silence et s’occuper d’autre chose, avec application, créer quelque chose de beau en attendant, comme un potager, une soupe, une écharpe, un roman, une jupe, une collection de poèmes appris par cœur, ou n’importe quoi qu’on peut faire avec amour.

On peut faire du thé tous les matins avec amour, recevoir ses amis à souper, lire des pièces de théâtre, on peut faire le ménage ou repeindre toutes les pièces d’une maison, mais ce qui est bien, c’est que plus tu fais les choses avec amour, plus tu as d’amour en toi, qui attend, qui t’illumine par en dedans. Si Dieu me regardait dormir, il verrait que je glow in the dark, parce que j’attends tellement fort, j’attends avec tellement d’application, j’ai tellement de patience dans le corps, de patience infinie que bientôt ça va se voir à l’œil nu.

J’attends parce que je trouve ça beau d’attendre, je trouve ça beau, j’aime ça me savoir disponible quand je me lève le matin, à le recevoir, enfin, parce que je suis là, au complet, totalement là, totalement prête et quand je le reçois pas je suis pas déçue, au contraire, je me dis que ce sera peut-être demain, alors je me couche encore plus disponible, encore plus heureuse, j’ai encore plus hâte au lendemain. J’ai des petites mains délicates nerveuses de le toucher, mais capable d’attendre là, correct là, placées sur mon ventre, ou des fois, au chaud, bien au fond de mes cuisses, en l’attendant.

– Chaque automne j’ai envie de mourir, Véronique Côté

125.

26 Fév

« Quand je suis parti pour le nord de l’Ontario, près de Sturgeon Falls, je disais à tout le monde que je m’envolais pour l’Australie. Je me souviens encore des regards d’envie ou d’admiration qu’on me lançait. Je m’étais d’ailleurs longuement documenté sur ce pays qui me fascinait depuis longtemps et où je rêvais d’aller un jour. Les gens me posaient des questions auxquelles je répondais avec l’assurance de celui qui sait vraiment où il s’en va : Canberra, Perth, les diverses espèces de kangourous, le monolithe d’Ayers Rock, les termitières géantes de la terre d’Arnhem, l’Opéra de Sydney… Et j’ajoutais que cela me permettrait, évidemment, de séjourner en Nouvelle-Zélande et de visiter le parc thermal de Rotorua et des villes comme Wellington ou Auckland. Je disais à ceux qui soulevaient la question que je ne savais pas pour combien de temps je partais. Il m’arrivait même de répondre : « Peut-être pour toujours… » »

– Donald Alarie, Thomas est de retour

Sérieux, est-ce qu’un roman peut commencer mieux que ça?

124.

26 Fév

« Plus tard en soirée, tu t’envolais pour Amman après escale à New York par le vol 268 de Royal Jordanie, et moi pour Paris avec Air Transat, une heure après toi, au moins une heure, ç’a été terrible tu sais, attendre seule, ainsi, après ton départ, cette heure oblongue, mon aller simple, avec ton odeur dans mes mains. Après Paris, je voulais Berlin sur le pouce, pour rien, parce que la chut du Mur, et puis revenir par mer, m’engager sur un cargo, n’importe quoi, et revenir, oui, je voulais revenir, c’était clair, tu as fait mine de t’en étonner, mais dans le fond tu t’en moquais bien, tu te foutais de tout ça, et moi aussi. Tu partais, je faisais pareil, c’est tout, c’est tout ce qui comptait, c’était fou. »

– Jean-Pierre Girard, Léchées, timbrées

Ça devrait être interdit d’avoir autant de talent. Faut en laisser aux autres, han.

%d blogueurs aiment cette page :