Tag Archives: English

164.

18 Fév

CRITIQUE LITTÉRAIRE pour NetGalley

A Hunger Artist & Other Stories; Poems and Songs of Love – Franz Kafka & Georg Mordechai Langer

The first thing to know is that it’s a flipside book. On one hand you have “A Hunger Artist and Other Short Stories” by Franz Kafka, and on the other it’s “Poems and Songs of Love” by Georg Mordechai Langer, translated from Hebrew by Elena and Menachem Wolff. I read a digital version, which made me regret the good old paper books, which I could have simply turned in my hands instead of reprogramming the settings my computer screen for the second half.

These two works were put together mostly because of the link between the original writers. Kafka was a friend and a mentor for Langer, although we also learn in Langer’s poetry that he was in love with Kafka. But let’s start with the beginning. There’re pretty strange short stories in this book. Surreal, disturbing, sad… You never really know what’s coming. You don’t really know if things make sense, but it doesn’t matter. You enter in a kind of alternate universe where the writer wants you to think differently, to think his way. At first, it’s baffling (especially “A Country Doctor”, and its dreamlike setting), but soon enough you get used to it and you’re really looking forward to the next story.

Lire la suite

134.

4 Avr

Tout va tellement bien. La place est géniale, les gens sont géniaux, la température est ordinaire, mais who cares? Mais comme rien ne peut être parfait, y a lui qui s’est suicidé, pis ça me met mille fois plus à l’envers que j’aurais jamais pu l’imaginer (en fait j’ai jamais imaginé que ÇA aurait pu arriver, c’est pas « des choses qui arrivent », tsé). Je sais pas si c’est le fait d’être à l’autre bout du monde, ou quoi que ce soit, mais quand j’y pense, j’ai juste le goût de boire-dormir-brailler-boire-brailler-dormir-brailler-boire-encore. J’suis bien ici. Tout le monde est gentil, même s’ils parlent anglais (ça me fait bizarre de parler anglais en France, mais c’est pas grave, au moins je m’améliore). J’aurais le goût que ça continue comme ça pour toujours, mais j’ai pas de visa, donc j’ai max 3 mois ici, pis tsé, d’ici là presque tout le monde va être parti, et va avoirn été remplacé par d’autre monde, et je sais pas si je vais autant aimer les nouveaux gens… M’enfin, life goes on, I really need a new tattoo, I will try to go to Paris soon to find a great tattoo shop where they accept to tattoo minors without the parents permission. If I can’t, I’ll have to wait until my 18’s birthday… I can’t wait to be 18, seriously, even if it will be so strange to be an adult, ’cause in my head I’m everything except an adult. Yeah, I should stop writing shit when I begin to be drunk. There’s no more rosé, I’m sad.

131.

15 Mar

J’ai finalement mailé mes cartes postales. Des requêtes de mes proches et autres à l’envoi final, en passant par l’achat de postcards et de stamps, il y aurait de quoi noircir des pages. Je vais me contenter de quelques paragraphes.

En arrivant ici (ici = Californie, mais pas pour longtemps puisque je prends l’avion demain), j’avais 10 cartes postales à trouver. Famille, amis… et inconnus. Je me suis inscrite il y a quelques semaines sur Postcrossing.com. C’est un site qui met en contact des gens qui aiment recevoir des cartes postales de l’étranger. Le principe est simple : tu reçois une adresse, tu envoies une carte postale à cette adresse, quand l’autre personne l’a reçue elle l’indique sur le site et ton adresse est envoyée à quelqu’un d’autre qui t’enverra à son tour une carte postale. Donc voilà, en tout ça me faisait 10 cartes postales à trouver.

Pendant la première semaine et demie… rien, nothing, nada, niet. Et ce n’est pas faute d’avoir cherché, han! Bon, à Laguna Beach j’en aurais sûrement trouvé si je m’étais donné la peine de regarder, mais on venait d’arriver alors ça ne m’est pas venu à l’idée. N’empêche que c’est fou le nombre de petites boutiques que j’ai visitées sans rien trouver! Vendredi passé je suis allée à Disneyland, et là encore, je n’en revenais pas : dans l’énoooorme boutique Disney de Downtown Disney, il n’y a qu’UN SEUL (affreux) modèle de carte postale à vendre, ainsi que deux paquets différents de 10 cartes postales mille fois pires. Je capotais un peu (dans le mauvais sens).

Finalement, c’est dans une des (trop nombreuses) boutiques entre deux manèges que j’ai finalement trouvé une carte postale qui avait de l’allure, mardi. J’avais fait le tour d’environ 15 petites boutiques, et je ne jetais plus qu’un coup d’œil (blasé) rapide, alors on peut dire que j’ai eu de la chance de la voir, cette petite carte postale perdue dans une mer d’aimants, de stylos, de porte-clés et d’autres patantes du genre. Pas de prix dessus. Il y en avait 7 exemplaires, j’en ai pris 5. Je suis allée à la caisse et j’ai fait de mon mieux pour ne pas regarder le vendeur l’air de dire « Tu te fous de moi? » quand il m’a dit que ça faisait un total de $10.51. Elles étaient « effet 3D », mais quand même…

Un peu plus loin, j’ai trouvé une boutique où ils vendaient 5-6 modèles différents (un record, wouhou!), dont celui (moche) que j’avais vu à Downtown Disney et des trucs pas originaux (Mickey Mouse, Minnie Mouse, etc.). J’ai fini par en choisir une pas-originale-mais-quand-même-cool : une carte en forme de tête de Mickey avec pratiquement tous les personnages de Disney devant le château. J’en ai pris 5, j’ai préféré ne pas courir le risque de ne pas en trouver d’autres. (Évidemment, pendant les jours qui ont suivis j’ai vu des cartes postales à tous les coins de rue.)

C’est bien beau tout ça, mais encore fallait-il les poster. J’avais vu une certaine quantité de boîtes postales à Disneyland, ce qui est complètement stupide compte-tenu qu’ils ne vendent pas le moindre timbre. Je me suis donc contentée de remplir mes cartes postales mardi soir, me disant qu’il y aurait bien un post office sur le chemin de Palm Springs le lendemain. Eeeet… non. Je suis allée me renseigner au comptoir d’accueil de l’hôtel, où une madame (après m’avoir fait répéter que je voulais « buy some stamps ») m’a indiqué que des timbres sont à vendre au petit magasin de l’hôtel. J’ai donc fait une quinzaine de pas et me suis retrouvée devant un Américain d’origine amérique-du-sudienne, à qui j’ai dit « I need stamps », qui m’a répondu « How many do you need? », à qui j’ai répondu « I don’t know, what do you have? » et qui a sorti des timbres avec même pas de prix dessus, que wtf comment je fais pour savoir ce que ça vaut et combien j’en ai besoin, et qui m’a avoué être aussi peu au courant que moi. Finalement, j’en suis venue à la conclusion qu’anyway j’avais besoin de plus de timbres que ce qu’il avait (il avait genre 8 timbres), je lui ai dit « Thanks anyway » (mais je reste convaincue que « Merci quand même » aurait mieux traduit ma pensée) et je suis partie.

J’ai fini par aller squatter la salle internet de l’hôtel (c’est complètement ridicule qu’en 2012 un hôtel à $169 et plus/la nuit ne donne pas à ses clients un accès wifi gratuit dans les chambres) pour aller consulter mon ami Google Maps, qui m’a gentiment indiqué qu’il y a un Postal Planet (Fedex + USPS) à 20 minutes de marche de l’hôtel. Google Maps aurait dû préciser « calculez 10 minutes supplémentaires, le temps de trouver le fucking magasin pas visible à côté de plein d’autres magasins aux enseignes à moitié lisibles ».

Je suis entrée dans la boutique, y avait un Américain d’origine moyen-orientale qui parlait avec l’Américaine d’origine chinoise postée derrière le comptoir. Quand il a eu fini de payer sa barre de chocolat, j’ai dit à la madame « I have postcards to send and I have no idea which stamps I need. Help meeee. » Elle m’a répondu avec un accent chinois. Un horrible accent chinois. Je comprenais à peu près le tiers de ce qu’elle me disait. Non, je devinais le tiers. Je comprenais à peine un sixième. Ça devait être assez drôle de nous voir aller, les deux pas à l’aise dans une langue pas maternelle, à essayer de calculer les prix ($0.32 pour les États, $0.90 pour le Canada et $1.10 pour les other countries) et de déterminer combien de timbres ça faisait (parce que la madame avait juste des timbres « ordinaires » (pour les enveloppes normales, tsé), à $0.45).

Entre temps, y a une Américaine d’origine mexicaine qui parlait juste espagnol qui est entrée et qui voulait savoir combien ça coûtait pour faire des « cuatro fax para Mexico », pis c’était encore plus drôle parce qu’elle comprenait que dale à ce que l’Américaine d’origine chinoise répondait. Finalement, j’ai paragouiné un semblant de traduction en espagnol (mes cours sont loin en mautadine) qui ressemblait à « nueve dollares » et l’Américaine d’origine mexicaine est partie.

La caissière a été gentille avec moi, elle m’a juste chargée $11 pour les 23 timbres alors qu’elle vend le paquet de 20 timbres $11 (ce qui est complètement débile compte-tenu que 20 timbres à $0.45 ça fait $9). Elle m’a fait payer, pis elle m’a dit qu’elle s’occuperait elle-même de mettre les timbres, pis que ça allait partir demain « because it’s too late, today ». J’espère qu’elle va les poster pour vrai, ça serait chien sinon.

En sortant de là, j’ai décidé qu’à $3.50 de la carte postale ($2/carte postale et $1.50/timbre pour l’étranger), ça valait p’t-être pas la peine, tout ça pour recevoir une carte postale d’un inconnu à l’autre bout du monde.

on-fait-tous-des-erreurs.com

129.

5 Mar

I just bought Wreck This Journal and Listography – Your Life in Lists. I’m happy, and I know what I’m going to do tonight.

P.S. Bookstores open until 11 PM : that’s awesome (fuck le 450).

119.

13 Fév

I think I could do that all my life. Just go somewhere for a couple of months, then leave for another place. Matthew told me « It’s probably hard for you to get used to all these new things : new landscapes, new house, new people… » But no. Not at all. Tomorrow I’ll be there since one week, and it’s like if I’ve always been living here. Everything is so natural, so perfect… For the first time since… I don’t know when, but a long time ago, I have absolutly no worries. I feel home. I took the right decision.

117.

8 Fév

What more can I ask during a one hour flight than an hour of sunset?

116.

7 Fév

Minuit pile : today’s the day.

Don’t know if I’m excited, hysterical or stressed. All my things are packed, all my goodbyes are said, Western Canada is waiting for me.

6 months, it’s pretty long, when you think about it. But it will be amazing, the contrary is impossible.

My motto for this trip : live deeply.

Next time I’ll post, I’ll be in Saskatchewan. Wish me good luck.

%d blogueurs aiment cette page :