Tag Archives: liberté

157.

20 Avr

Un samedi après-midi tranquille en banlieue de Madrid, les fenêtres grandes ouvertes, le soleil plein la tête. Voilà plus de trois mois que je suis arrivée ici par une froide journée d’hiver. Maintenant le printemps est arrivé et je m’apprête à rentrer en France auprès de mon amoureux.

Bien des choses ont changé; moi-même, j’ai changé. Chaque expérience que j’ai vécue depuis mon départ du Québec ce fameux 7 février 2012 a eu une certaine incidence sur ma vie et la personne que j’ai choisi d’être. J’ai eu de bons et de mauvais moments. De bonnes et de mauvaises décisions. J’ai fait mille projets que j’ai réinventés un million de fois. Là-dessus, il y en a peut-être 4-5 que j’ai réalisé. C’est peu, mais j’en suis fière.

J’essaye tant bien que mal de sortir de ma petite carapace, de m’extérioriser et de profiter de la vie. J’ai commencé à faire du sport, je me suis mise à la course à pied (près de 200 km en 2 mois!) et je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour être bien dans mon corps et dans ma tête. J’essaye de diminuer les quantités d’alcool que j’ingurgite (déjà, le simple fait de quitter Madrid devrait aider à ce niveau), ça ne me réussie définitivement pas. Je me rends compte que je peux apprécier une soirée sans être bourrée, et même si ça peut paraître ridicule, pour moi c’est un énorme changement.

Lire la suite

Publicités

151.

10 Déc

La vie est pas mal belle dans mon coin de France en ce beau jour de décembre pas blanc.

Je suis assise au beau milieu de mon couloir d’appart (oui-oui, MON couloir), les pieds sur le calorifère (mais pas trop parce que sinon ça brûle), à l’endroit exact où j’arrive le mieux à capter le Wi-Fi de mon tout nouveau chez-moi. En fait,  c’est à peu près le seul point faible que j’ai trouvé à la journée d’hier : le fait qu’on capte juste le Wi-Fi dans le couloir. Ma vie est dure, han? Je reprends du début.

Mon Français de copain a une marraine qui habite juste au-dessus de nous. C’est Marraine la bonne fée, sauf qu’elle s’appelle pas comme ça. Sa marraine, elle a une mère qui s’avère être notre voisine. Une mère qui est plutôt vieille (normal, puisque les marraines-bonnes-fées, c’est déjà assez vieux en général). Cette mère plutôt vieille, elle a pas mal de problèmes de santé et elle n’est plus autonome. Mais plutôt de la mettre dans une maison de retraite pour s’en débarasser, Marraine-la-bonne-fée-qui-s’appelle-pas-comme-ça-en-vrai préfère la garder à la maison et faire venir, infirmières, kinés et autres professionnels pour s’occuper d’elle à domicile, en plus de lui consacrer 85% de son temps quand elle n’est pas au boulot (ce qui est tout à fait louable, mais l’empêche d’avoir une vie normale…). Bref, ladite mère se fait vieille, et a besoin d’une surveillance constante. C’est là qu’on entre en scène.

Pas plus tard que samedi matin, Marraine-la-bonne-fée nous a proposé d’emménager l’étage du haut de chez sa maman pour avoir notre petit coin à nous et du même coup lui rendre service en gardant un oeil sur elle et en lui tenant compagnie à l’occasion. Le lendemain, après un énorme branle-bas de combat de boîtes et de poussières parce que Marraine a la maladie de tout conserver et qu’apparemment c’est de famille, on s’est creusé un petit chez nous à notre goût, beaucoup plus tranquille et reposant que tout ce qu’on a connu auparavant. Une grande chambre avec deux énormes penderies (c’est comme les couettes, pas de chicane!), une salle de bain dont le bain va être condamné durant les Fêtes pour transformer ça en petit coin cuisine puisqu’on n’a pas accès à la véritable cuisine, une douche, une pièce aussi grande que la chambre, mais remplie de boîte, dans laquelle on pense pouvoir installer le bureau durant les Fêtes, quand Marraine aura réussi à se départir de quelques trucs… et puis mon Couloir, mon cher Couloir d’où je vous écris et que je sens que je vais beaucoup fréquenter pendant mes longues heures d’études pour préparer mon BAC.

Avoir à la fois le meilleur copain du monde, un petit boulot (même si le contrat finit bientôt) et un chez-nous-juste-à-nous, ça fait du bien. Vraiment du bien. Merci Père-Noël d’avoir pris un peu d’avance pour ne pas que je devienne folle avant l’heure!

143.

6 Oct

Mon visa est arrivé, départ vendredi! Décidément, je n’aurai pas passé beaucoup de temps au Québec cette année! Reste à relever le défi de faire entrer un an de stock dans une seule valise…

141.

2 Sep

Fin d’une belle aventure, début de quelque chose d’encore plus grand.

Je suis revenue il y a quelques jours de mon voyage en Italie. J’y ai rencontré des personnes merveilleuses et j’y ai vécu plus d’expériences que je ne l’avais imaginé. Cette année sera définitivement gravée dans ma mémoire à jamais.

Je rentre au Québec comme prévu le 19 septembre, mais pour mieux revenir en France cet automne. Je vais faire une demande de visa d’un an pour pouvoir m’installer avec mon copain dans le coin d’Angers. Je ne sais pas si ça va durer, le temps nous le dira, pour l’instant tout va bien et on savoure.

Je ne sais pas si je vais continuer à poster ici, j’ai tendance à écrire davantage quand je réfléchis, et ces temps-ci je me contente de me laisser porter par la vie, ce qui fait beaucoup de bien aussi.

Qui vivra verra!

140.

17 Juil

Ca fait un mois que je n’ai pas écrit, je suis comme qui dirait un peu occupée.

Retour en France après-demain après six semaines au Royaume-Uni, je ne sais pas si je suis contente ou pas.

Currently au Pays de Galles (j’y étais quand j’ai posté la dernière fois, j’y suis revenue parce que c’est juste parfait comme endroit), à Cardiff plus précisément. Demain Londres, puis Paris et finalement Angers pour une grosse semaine de récupération (bouffe, sommeil, technologie, etc.). Ensuite ça va être direction la Suisse et l’Italie. Des jaloux?

Je rentre au Québec le 19 septembre, mon billet est acheté depuis quelques jours. La encore, don’t know if I’m happy or not. Mais en attendant je tripe à fond et je ne regrette rien.

139.

16 Juin

J’ai quitté la France le 8 juin, je suis maintenant au Royaume-Uni depuis presqu’une dizaine de jours, and I know I took the best decision ever. Les kilomètres défilent, ainsi que les paysages. Chaque jour a ses hauts et ses bas, mille fois plus intenses que d’ordinaire, mais aussi mille fois plus satisfaisants. On rush par moments, mais à la fin de la journee on est toujours contents de ce qu’on a accompli, et même si on reste au même endroit plus d’une journée, on sait qu’on fait tout sauf perdre notre temps. On profite de la vie.

138.

29 Mai

Ca a fait 2 mois que je suis en France le 26 mai. Ca va faire 4 mois que j’ai quitté le Québec et ma p’tite vie bien rangée le 7 juin. Et pour fêter ca, direction l’Angleterre. Pas de destination precise, sinon une route qui n’en finit pas de m’étonner et de m’apporter tout plein de petits bonheurs.  Toujours pas de date de retour prévue, et c’est très bien comme ca.

%d blogueurs aiment cette page :